Toute la vérité sur Coca cola : Problème environnemental - Inox Ecologie

Toute la vérité sur Coca cola : Problème environnemental

7 minutes de lecture

1) Les bouteilles en plastique Coca-Cola

A. Un désastre pour le recyclage 

"Coca-Cola a une empreinte écologique massive que peu d'entreprises peuvent égaler. 
La Coca-Cola Company a produit plus de 100 milliards de bouteilles en plastique en 2016, selon Greenpeace le mois dernier. Il s'agit là d'une nouvelle troublante, compte tenu de la quantité de déchets qui se retrouvent à l'extérieur des systèmes de recyclage du plastique. Par ailleurs, on estime que, selon les tendances actuelles, d'ici 2050, le plastique dans nos océans pourrait peser plus que tous les poissons.

Dans ce débat sur les déchets, Coca-Cola a longtemps été la cible des environnementalistes. Après tout, elle a une empreinte écologique massive que peu d'entreprises peuvent égaler - et l'emballage n'est qu'une partie de l'histoire. Au-delà des milliards de bouteilles en plastique, le Coca-Cola fait peser de lourdes exigences sur la Terre. Dès les années 1920, l'entreprise se vantait d'être le plus grand consommateur de canne à sucre de la planète. Elle s'est aussi rapidement imposée comme le plus gros acheteur mondial de caféine transformée. Aujourd'hui, dans ses usines d'embouteillage, elle utilise plus de 300 milliards de litres d'eau par an. Son empreinte hydrique totale, nécessaire à la culture de la canne à sucre et de tous les autres ingrédients, est 100 fois supérieure.

Compte tenu de cet appétit pour les ressources naturelles, il est facile de comprendre pourquoi des organisations comme Greenpeace ont considéré Coca-Cola comme un croque-mitaine écologique.

2) Coca-cola rejette le système de réutilisation

A. Coca-Cola lutte contre les système de consigne

Prenons l'histoire de l'emballage du coke. Au cours des dernières décennies, Coca-Cola s'est battue avec acharnement pour empêcher les communautés du monde entier de mettre en place des systèmes de consigne qui obligeraient les entreprises de boissons à ajouter des frais au prix de leurs produits et à les rembourser lorsque les clients retournent l'emballage au distributeur ou au détaillant.
bouteille en plastique coca cola
Environ 80 % des embouteilleurs de Coca-Cola interrogés en 1929 avaient des systèmes de consigne en place.
Les systèmes de consigne ont commencé à se répandre aux États-Unis dans les années 1970, lorsque les canettes en acier et en aluminium jetables ont remplacé les bouteilles en verre consignées qui dominaient autrefois l'industrie de la bière et des boissons gazeuses. Ce passage au jetable, qui a commencé chez les brasseurs dans les années 1930 et qui a mûri dans l'industrie des boissons gazeuses dans les années 1960, était en partie dû à une culture de consommation qui recherchait la commodité. C'était aussi une question d'économie, car les grandes entreprises de boissons cherchaient à réaliser des économies d'échelle en consolidant leurs réseaux d'embouteillage et réalisaient qu'elles pourraient économiser de l'argent si elles n'avaient pas à transporter les bouteilles consignées jusqu'à leurs usines.

B. Un système dèpot pas rentable pour les sociétés mondiale 

Mais ces entreprises n'aimaient pas les systèmes de dépôt parce qu'elles croyaient que les hausses de prix imposées par le gouvernement pourraient toucher les ventes. Coke, Pepsi et d'autres organisations organisées pour contrer les lois sur les dépôts. Leur campagne a été couronnée de succès, en grande partie grâce à une promesse qu'ils ont apportée aux débats : le recyclage au bord du trottoir. Au cours des audiences du gouvernement fédéral et des gouvernements des États, Coca-Cola et d'autres ont soutenu que les systèmes municipaux de recyclage, s'ils étaient financés et soutenus par des organismes gouvernementaux, élimineraient le besoin de dépôts. Au milieu des années 80, cet argument avait gagné. Après 1986, Hawaii a été le seul État à adopter une loi sur le dépôt, ce qui porte à 10 le nombre d'États ayant une telle législation.
En dépit des promesses selon lesquelles un plus grand nombre de centre de recyclage, il restait d'énormes quantités de déchets qui ne l'étaient pas. Les bouteilles en plastique, qui sont apparues dans l'industrie des boissons gazeuses est problématique depuis les années 1970.

3) Coca cola, bouteilles recyclables ? Pas sûr !

Coca-Cola affirme que ses emballages sont "recyclables". Oui, les contenants de plastique peuvent être recyclés,mais les systèmes actuels de récupération ne parviennent pas à capter la grande majorité de ces déchets,principalement parce qu'il y a peu d'incitatifs fiscaux.
Coca-Cola aurait dû savoir le résultat de sa production de plastique. Au début du XXe siècle, les revues de l'industrie réprimandaient les embouteilleurs de boissons gazeuses qui ne mettaient pas de consigne sur leurs bouteilles consignées. En 1905, par exemple, un des producteurs de boissons a proclamé : "La seule solution saine, logique et durable à la question des bouteilles est le système de dépôt."

bouteille plastique déchet

Environ 80 % des embouteilleurs de Coca-Cola interrogés en 1929 avaient des systèmes de consigne en place, et des études de cette période ont montré que les bouteilles faisaient des dizaines d'allers-retours entre le consommateur et le distributeur. Il s'agissait d'un système de réutilisation qui a vraiment récupéré les ressources naturelles, et l'industrie privée en a été le principal promoteur.

4) Le verre ou le plastique ? Quel est le bon élève 

Comment ce système s'est-il comparé aux alternatives, compte tenu de l'impact écologique total de la récupération des bouteilles en verre consignées, y compris leur lavage ? En 1969, Coca-Cola a tenté de répondre à cette question en demandant à des laboratoires, une analyse du cycle de vie des emballages. L'entreprise a examiné divers types de contenants jetables et les a comparés à des bouteilles en verre consignées sur presque toutes les mesures : dépenses énergétiques, production de déchets, pollution de l'eau, émissions atmosphériques et plus encore.
Cette étude, que les chercheurs ont reproduite pour l'Agence américaine de protection de l'environnement en 1974, a conclu qu'aucun contenant jetable " ne sera amélioré pour égaler ou surpasser celui de [la bouteille en verre consignée de 10 voyages] dans un avenir proche ".

Coca-Cola a néanmoins placé son avenir dans la bouteille en plastique. Paul Austin, alors président de l'entreprise, expliquait que Coca-Cola croyait que les systèmes de recyclage permettraient à l'entreprise de récupérer une grande partie du plastique qu'elle utilisait.

5) Mise en place du système de bouteilles consignées

A. Quel impact sur l'environnement ?

La beauté de l'histoire, c'est que nous pouvons regarder en arrière et voir si le pari d'Austin a porté ses fruits. Si l'on utilise les États-Unis comme étude de cas, le message est clair : l'absence d'incitations financières a conduit à un système de recyclage inutile. Plus de 25 ans après le début du recyclage au bord du trottoir, 70 % des contenants de plastique ne sont jamais récupérés. Seulement 30 % finissent par être recyclés.
bouteille coca cola
La bonne nouvelle est que Coca-Cola envisage de changer de cap. Récemment, la société a annoncé qu'elle envisageait d'approuver un système de consigne en Écosse. Si cela se produit, l'Écosse connaîtra probablement des taux de recyclage élevés, tout comme l'Allemagne et d'autres pays qui ont adopté des mesures pour mettre un prix sur la pollution.

6) Coca-cola, lutte contre l’obésité 

Pourtant, même si c'est le début d'une nouvelle ère de responsabilité environnementale pour Coca-Cola, l'entreprise est confrontée à un défi encore plus grand que l'emballage plastique : ce que les critiques appellent la "camelote" intérieure.
obésité enfant
Alors que les pays du monde entier sont confrontés à des taux d'obésité alarmants (plus de 35 % chez les adultes américains), il est probable que le Coca-Cola fera l'objet d'une surveillance accrue de ses boîtes de 330 ml contenant environ neuf cuillères à café de sucre - peu importe le contenant dans lequel il choisit de les mettre.

7) Quelles empreintes écologique pour coca-cola

A. Coca cola le plus gros pollueur plastique

L'empreinte de l'emballage de Coca-Cola équivaut à 108 milliards de bouteilles par an, soit plus d'un cinquième de la production mondiale de bouteilles en plastique. 
Coca-Cola a révélé pour la première fois qu'elle produit 3 millions de tonnes d'emballages plastiques par an - soit l'équivalent de 200 000 bouteilles par minute - alors qu'un rapport appelle les autres entreprises mondiales à mettre fin au secret sur leur empreinte plastique.
pollution plastique plage
Les données du fabricant de boissons gazeuses ont été fournies à la militante Ellen MacArthur, qui fait pression pour que les grandes entreprises et les gouvernements fassent davantage pour lutter contre la pollution plastique.

Les chiffres - que l'entreprise a refusé par le passé de divulguer - révèlent la quantité d'emballages plastiques produits par Coca-Cola en 2017. L'entreprise n'a pas révélé l'ampleur de sa production de bouteilles, mais lorsque son empreinte d'emballage est traduite en bouteilles en plastique de 500 ml, elle représente environ 108 milliards de bouteilles par an, soit plus d'un cinquième de la production mondiale de bouteilles d'environ 500 milliards de bouteilles par an.

8) Et les autres enseignes mondiales 

A. Production plastique en chiffre

Coca-Cola est l'une des 31 entreprises - dont Mars, Nestlé et Danone - qui ont révélé la quantité d'emballages plastiques qu'elles créent dans le cadre de la campagne de transparence de la Fondation Ellen MacArthur. Ensemble, ils produisent 8 millions de tonnes d'emballages plastiques par an. Burberry a révélé dans le rapport que son empreinte plastique est de 200 tonnes.

Mais la majorité des 150 entreprises qui ont signé l'engagement mondial de MacArthur de réduire la pollution plastique refusent toujours de publier des chiffres sur leur propre production d'emballages plastiques. Il s'agit notamment de Pepsi Co, H&M, L'Oréal.

singe au milieu de bouteille en plastique

Dans un rapport, la Fondation Ellen MacArthur a déclaré que les données publiées pour la première fois, aux côtés de ce que les entreprises affirment faire pour lutter contre la pollution plastique, offraient un nouveau niveau de transparence sur les plastiques et les efforts pour arrêter les déchets plastiques et la pollution.

Mais la fondation a déclaré que les entreprises et les gouvernements du monde entier devaient faire plus. "La décision prise par plus de 30 entreprises de rendre publics leurs volumes annuels d'emballages plastiques dans le rapport est un pas important vers une plus grande transparence ", a déclaré la fondation.

"Nous applaudissons les entreprises qui publient ces données et encourageons toutes les entreprises qui fabriquent et utilisent des plastiques à divulguer leur empreinte plastique."

9) Quel engagement pour diminuer les déchets plastique 

A. Engagement mondial en faveur de la réduction des déchets plastiques

  1. Éliminer les emballages en plastique inutiles et passer d'emballages à usage unique à des emballages réutilisables.
  2. Innover pour s'assurer que 100 % des emballages plastiques puissent être facilement et en toute sécurité réutilisés, recyclés ou compostés d'ici 2025.
  3. Créer une économie circulaire dans le plastique en augmentant significativement les volumes de plastique réutilisés ou recyclés dans de nouveaux emballages.

engagement

Sander Defruyt, de la fondation, a déclaré que les plans d'action révélés par les gouvernements et les entreprises dans le rapport constituaient un grand pas en avant. Mais il ajoute : "Elles sont encore loin d'être à la hauteur du problème, notamment en ce qui concerne l'élimination des articles inutiles et l'innovation vers des modèles réutilisables.
"Les niveaux d'ambition doivent continuer à augmenter pour faire de réels progrès dans la lutte contre la pollution plastique mondiale d'ici 2025, et passer de l'engagement à l'action est crucial."